Le choix difficile et inattendu des chaussures

Le choix difficile et inattendu des chaussures

‌L’été arrive, le soleil nous réchauffe, les températures montent en flèche et les petits pieds réclament de nouvelles chaussures. Qui n’a jamais eu cet air soupçonneux face à une collection de chaussures pour enfant ressortie d’un placard? Vous, là, oui, vous…vous êtes trop petites pour mon P’tit Loup ? Et vous là, les baskets, ne faites pas les innocentes! J’ai bien vu qu’il y avait un énorme trou et que la semelle se décolle! N’accusez pas votre propriétaire de vous faire subir mille tortures! Ce n’est pas une excuse pour être dans un état si lamentable! Il faut se rendre à l’évidence, ta carte bleue va chauffer pour équiper ton bambin ! Tu vas donc devoir résoudre une équation digne des meilleurs prof de math : comment arriver à trouver une paire de chaussures à la bonne pointure, qui plaise au principal intéressé sans pour autant te faire pleurer de désespoir dès que tu les vois, tout en respectant ton budget qui n’est pas aussi extensible qu’un élastique. L’équation étant un peu trop facile avec ces critères, on rajoute volontiers que si la dite paire de chaussures pouvait durer plus de 2 mois aux pieds de ton aventurier, ce serait formidable! Pour mon plus grand malheur (et celui de P’tit loup!) J’ai découvert qu’il y avait une autre inconnue à prendre en considération

Je t’ai demandé ton avis à toi?

Après une inspection approfondie des chaussures de P’tit Loup, j’étais ravie de constater que je n’avais que des baskets à racheter pour cet été puisque ses sandales de l’année dernière lui allaient encore. Une paire de sandales, une paire de baskets…Il me semblait que j’allais pouvoir couvrir toutes les activités de l’été avec cet équipement. Je me suis donc mise en quête d’une nouvelle paire de baskets. P’tit Loup m’avait passé commande : il voulait des baskets rouges. OK. La mission me paraissait simple! Des baskets rouges, ça doit se trouver facilement. J’avais néanmoins oublié la difficulté de combiner ses goûts avec les miens! Quand tu cherches « baskets rouges » sur internet tu ne trouves que des baskets du dessin animé Cars. Et j’ai légèrement tendance à boycotter tout ce qui est dérivé des dessins animés! Voir le dessin animé, ok, le livre, pourquoi pas…Mais on ne va pas vivre uniquement dans le monde des dessins animés, je risquerais une indigestion. Et comme P’tit Loup n’a encore jamais vu un dessin animé tel que Cars, je suis tranquille et je peux éviter ce genre de chose sans culpabiliser. Sauf que des baskets rouges sans Cars…Là ça devenait hyper compliqué à trouver.
Enfin! Je trouve mon bonheur! Je montre ma trouvaille à P’tit Loup qui adore aussi…banco, j’achète les supers baskets rouges avec des flammes sur le côté qui te permettent de courir plus vite que les copains! Quelques jours plus tard elles arrivent à la maison et P’tit Loup ne les quittent plus!

Un matin, alors que l’on s’apprête à quitter la maison pour aller à l’école, je vois mon P’tit Loup perplexe devant le meuble à chaussures.
– Qu’est ce qu’il y a P’tit Loup?
– Je ne sais pas quelles chaussures mettre.
– Tu ne veux pas mettre tes baskets rouges?
– Non, elles ont des lacets et comme je ne sais pas les faire tout seul, je peux pas les mettre à l’école.
– Ah…Et bien mets tes sandales.
– Mais quand je joue au toboggan, y a pleins de petits cailloux qui rentrent dans mes sandales.
– Ben tu n’as qu’à jouer pieds nus comme tu le fais à la maison!
– La maîtresse veut pas.
– Heu…tes  vieilles baskets à scratch de l’année dernière?
– Elles sont trop petites, elles me font mal.
– Zut alors! Tu ne vas quand même pas y aller en bottes, si?
– Je peux pas, la maîtresse m’a dit que je ne pouvais pas mettre les bottes parce qu’il fait trop chaud.

Parfaitement! L’école, non contente de kidnapper ton loulou toute la sainte journée, empiète sur le territoire familiale en donnant des devoirs à la maison (oui, il pourrait être dangereux que les enfants passent un peu de temps avec leurs parents…) mais également en donnant leur point de vu concernant les chaussures que t’as déjà tant de mal à choisir! J’avais juste envie d’hurler : « je t’ai demandé ton avis à toi? Mêles-toi de tes affaires! »

Surtout ne pas prendre de risque

P’tit Loup ne peut pas marcher pieds nus à l’école. Il marche pieds nus à la maison et dans le jardin depuis qu’il sait marcher. Je l’ai toujours autorisé à agir ainsi tant que la sécurité de ses pieds n’est pas en jeux. Par exemple faire du vélo pieds nus, c’est non mais courir dans l’herbe sans chaussures, c’est OK. Ça lui ait arrivé de trouver les graviers un peu rudes ou le dard d’une abeille douloureux mais dans l’ensemble ça fonctionne et je suis également la première à retirer mes chaussures pour laisser mes orteils se faire chatouiller par l’herbe. Quand P’tit Tigre a fait quelques séances chez la psychomotricienne pour un retard moteur (comparé à la norme enseignée aux médecins) elle m’a bien dit de le laisser pieds nus le plus souvent possible.
Marcher pieds nus permet de se reconnecter à ses sensations mais également de mieux travailler son équilibre et renforcer tous ces petits muscles soulagés par le port de chaussures mais qui sont essentiels à notre bon maintien.
Mais je peux comprendre que certains parents refusent cette pratique par peur de la blessure. De ce fait, je peux comprendre que l’école, pour se protéger, impose le port de chaussures aux enfants. Je trouve cela très dommage…Mais compréhensible. La culture du zéro risque est bien là ! On pourrait imaginer une zone pieds nus et une zone chaussures? Mais j’ai bien conscience que ce serait plus compliquer à gérer. Là où j’ai un peu plus de mal à comprendre c’est le port de chaussons. Pourquoi les enfants doivent-ils être en chaussons en classe? Est ce qu’il y aurait des bouts de verre qui traînent par terre dans une classe? Est ce que les tables et chaises sont en chêne massif et risquent de casser un petit orteil qui viendrait par là ? J’avoue que là, j’ai du mal à suivre la logique de l’école! Quel risque il y a-t-il à laisser les enfants choisir s’ils ont envie de mettre leurs chaussons ou non?

Non, tu n’apprendras pas!

Par contre, pour les lacets…j’avoue que je suis encore plus perdue. Le postulat de base est qu’une maîtresse ou une atsem qui aurait 30 paires de lacets à faire avant chaque récréation perdrait beaucoup trop de temps. Rendement…rendement….Quand tu nous tient!
Mais dites-moi, l’école n’est elle pas sensée être le lieu parfait d’apprentissage ? Puisqu’on veut limiter au maximum (pour ne pas dire interdire) l’instruction à domicile, c’est que l’école est la mieux placée pour enseigner à nos enfants, non? Mais du coup, faire ses lacets n’est pas un apprentissage suffisamment noble pour que l’école se penche dessus, c’est ça? Est ce qu’il serait complètement utopique d’initier les enfants à cet art qui est quand même le signe d’une motricité fine développée et d’une compréhension fine de l’espace, deux compétences « enseignées » à l’école? Je ne sais pas, moi, je ne suis pas instit’ mais je verrais bien la maîtresse prendre le groupe des enfants – lacets  (soyons honnêtes, tous les enfants ne vont pas tomber raides dingues d’une paire de chaussures avec lacets tout comme certains parents vont préférer les scratch), ils se mettent en atelier lacets 10 minutes avant la récrée et ils apprennent à nouer leurs chaussures. Je fais le pari qu’au bout de quelques mois, les enfants intéressés par cet apprentissages seront devenus autonomes et pourront aider leurs copains/copines et les enfants qui ne sont pas intéressés par les lacets mettront des scratch. C’est si dur que ça? Et si prendre 10 minutes avant la recrée est si compliqué, alors installer un atelier lacet sur le temps d’apprentissage, tout comme l’enfant apprend à découper, colorier, coller ou que sais je encore!
Bon, je vous parle lacets mais on peut élargir le débat hein! Un enfant se doit d’être propre à l’entrée en maternelle. Cette acquisition n’est pas envisagée au sein de l’école. On parle de l’absence de couteau à la cantine? Certes, il ne faudrait pas que les enfants se blessent….il ne faudrait pas non plus qu’ils apprennent à se servir d’un tel outil! Ne pas mettre de collants aux petites filles parce que ce n’est pas le rôle de l’école d’apprendre à enfiler des collants…

L’école et la maison sont deux lieux d’apprentissage qui doivent agir main dans la main! Et si un jour P’tit Loup vient me voir en me demandant « c’est quoi cette lettre? » je ne me vois pas lui répondre « non, mon chéri, je ne peux pas te dire, tu apprendras ça à l’école! » Alors pourquoi Diable, l’école se permet-elle de refuser des apprentissages souhaités par l’enfant?

Et alors l’histoire des bottes, là aussi, je rigole (jaune!) Oui, effectivement, mettre des bottes de pluie alors qu’il fait 30°C à l’ombre est une folie. Mais est-ce une folie dangereuse? Est-ce qu’un enfant qui souhaite se chausser ainsi risque de se retrouver à l’hôpital pour cause de température trop élevée sur les orteils? Franchement! Laissons un peu de liberté aux enfants! Il veut mettre ses bottes? Et bien qu’il les mette! S’il a trop chaud, il s’en souviendra le lendemain et choisira une autre paire au moment de repartir à l’école! Et si jamais le désagrément d’avoir chaud aux pieds et moins important que le plaisir de ne pas avoir de petits cailloux dans ses chaussures? Où est le mal? Qu’est-ce qu’on va se prendre la tête pour une paire de chaussures? Prenons-nous la tête pour qu’un enfant ne traverse par en courant une route sans regarder si une voiture vient, ok! Mais laissons-le choisir sa paire de chaussures, même si ce n’est pas ce que nous aurions choisi nous-même!

Dites-moi, par chez vous aussi, il y a des absurdités d’apprentissage à l’école?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.