You are currently viewing Mes six meilleures astuces pour faire écrire un enfant

Mes six meilleures astuces pour faire écrire un enfant

Je voulais te dévoiler ici mes six meilleures astuces pour faire écrire un enfant. « Comment faire pour travailler l’écriture alors que P’tit Loup est allergique à l’écriture ? » Telle est la question que je me pose depuis maintenant bientôt 2 mois.

En effet, lorsque j’ai annoncé à la maitresse de P’tit Loup qu’il allait faire l’IEF, elle m’a informé que l’écriture était son point faible. D’après elle, ça pourrait éventuellement être un problème à l’entrée en CP. Si je n’avais pas ce couperet au-dessus de ma tête, je dirais volontiers qu’il écrirait quand il en aurait envie.

Sauf que P’tit Loup retourne sur les bancs de l’école en septembre. Je ne voudrais pas qu’il soit désavantagé par rapport à son écriture. Je préfère m’atteler à la tâche tranquillement pendant ces quelques mois d’IEF plutôt que de laisser cela à sa future maîtresse qui aura 25 gamins en charge et n’aura pas le temps d’adapter sa pédagogie à mon loulou.

J’ai donc pour objectif d’ici septembre de fluidifier l’écriture de mon petit bonhomme.

La chose n’est pas facile ! Dès que je parle d’écriture, le voilà qui se braque ! Il me dit que c’est compliqué et fatiguant. Sachant qu’il n’a pas l’air d’avoir mal physiquement et qu’il tient correctement son stylo. Je pense donc que c’est simplement le fait que ce soit nouveau et donc, oui, il faut se concentrer, et oui, ce n’est pas simple au début. Je précise que je parle d’écriture cursive. L’écriture en lettre bâton lui convient bien et il ne rechigne pas à écrire de cette manière.

J’ai donc testé et développé quelques stratégies pour faire écrire mon loulou et je te partage ça tout de suite !

Le choix du matériel et de la place pour faire écrire un enfant

Certains disent qu’il faut écrire avec un stylo bille, ou mieux, un crayon de papier pour pouvoir effacer au besoin sans faire de cochonnerie. Il faut aussi que l’enfant soit assis sur une chaise, bien droit, la feuille devant lui doit être également droite. Il faudrait que l’enfant écrive de cette manière stricte ou n’écrive pas.

Je ne suis pas d’accord !

Le choix de l’outils

Je laisse le choix à mon bonhomme ! Il peut écrire avec un crayon de papier tout comme il peut écrire avec un stylo, un feutre ou encore un crayon de couleur. Ce que je veux c’est qu’il fasse les bons gestes encore et encore. Je me fiche de savoir si les jolies boucles vont être bien lisibles avec un feutre épais. Je veux juste qu’elles soient là et qu’il les refasse inlassablement pour fluidifier son geste. Il peut faire autant de rature qu’il veut. L’objectif de l’exercice n’est pas de rendre une copie impeccable mais de voir ses erreurs et, surtout, ses progrès ! Quand il aura confiance en lui, en son écriture et qu’il sera à l’aise avec un stylo en main, je songerai à lui apprendre à faire de belle copie.

Le choix de la position

Quant à la position dans laquelle il écrit, autant te dire que je m’en fiche royalement ! Il peut être assis sur une chaise ou à genoux sur la chaise. Il peut également s’allonger au sol, sous son lit pour être tranquille dans sa cabane…grand bien lui fasse ! Encore une fois, je veux juste qu’il écrive sans râler (en attendant de prendre plaisir à écrire) et si ça doit être fait de façon non-officielle et bien ce sera fait ainsi. C’est d’ailleurs en le voyant préférer la position allongée au sol à la position assis bien droit sur une chaise que je me dis que je fais bien de ne pas attendre son entrée en CP pour travailler l’écriture !

Faire écrire des mots sympas à l’enfant

Si je veux que P’tit Loup prenne du plaisir à écrire, il faut qu’il écrive quelque chose qui lui fasse plaisir ! C’est d’une logique imbattable ! Et pourtant ! Combien d’instructeurs forcent les enfants à écrire des mots sans intérêt pour l’apprenant ?

Je me suis rendue compte de ça alors que P’tit Loup faisait ce qu’il pensait probablement être une bêtise. Après avoir écrit « papa » il a rigolé en me disant que maintenant il allait écrire « pipi ». Je me fiche bien de la connotation de ce mot ! Je retiens simplement le fait qu’il m’ait dit « maintenant je vais écrire », c’est lui qui a pris l’initiative d’écrire et ça, c’était une grande première !

Bien sûr, je l’ai encouragé ! Il a alors écrit « pipi », « caca », « prout »…après on a changé de registre pour écrire « pompier », « tractopelle »…et je te passe tout le registre du chantier ! C’est depuis ce jour-là que je laisse P’tit Loup choisir ce qu’il a envie d’écrire !

Le jeu, un incontournable pour faire écrire un enfant : la chasse aux lettres

Fiche d’écriture…

J’ai très vite remarqué que faire des lignes de lettres, ou de mots rebutait au plus haut point mon bonhomme. Si je lui sors un cahier d’écriture, tu peux être sûr que dans la minute qui suit on est dans une impasse avec lui qui fait l’enfant malheureux avec ses yeux de chat Potté me disant qu’il n’aime pas écrire, que c’est fatiguant…bla bla bla ! J’ai essayé…ce fut un royal échec !

Laëtitia, du blog S’instruire autrement en est d’ailleurs arrivée à la même conclusion : les fiches d’écritures ne conviennent pas tout le temps!

Je suis donc passé aux jeux ! Attention, je ne dis pas que les feuilles d’écriture sont une mauvaise façon d’apprendre. Certains enfants (dont ma nièce !) raffolent des lignes d’écriture ! Je t’avoue que c’est quand même vachement plus simple : tu sors une feuille, un crayon et le gamin se met au travail…trop bien ! Sauf que ça ne fonctionne pas avec tout le monde ! Et il faut reconnaître qu’écrire une lettre dans le seul but d’écrire une lettre…manque un peu de charme !

…vs être en mouvement

P’tit Loup a une caisse de lettres (des alphas si tu veux tout savoir), et je suppose que beaucoup d’enfants de son âge ont ce genre de chose chez eux : des lettres magnétiques, des alphas, les lettres de Montessori, d’Alvarez…au pire, tu écris les lettres sur des petits bouts de papier.

P’tit Loup s’est amusé à cacher ses 26 lettres dans le jardin. Puis, il s’est installé dans son transat avec une ardoise et un feutre (on en revient au fait qu’il a le droit de choisir comment et où il veut écrire !) J’avais pour mission de trouver les lettres. Dès que j’en trouvais une, je lui disais la lettre que j’avais en main et il l’écrivait sur son ardoise.

J’avoue qu’il n’est pas resté longtemps sur son transat, son besoin de bouger à vite repris le dessus. Il courait dans le jardin pour me donner des indices sur les cachettes !

L’idée est partie de lui. J’avais juste sorti ses alphas pour pouvoir piocher la lettre à écrire et de fil en aiguille, il s’est mis à courir dans le jardin entre deux lettres (besoin de bouger très fort chez lui !) puis il a fini par me cacher une lettre, puis une autre, etc.

Ce jeu a bien fonctionné, aucune râlerie pour écrire. Seul inconvénient : il ne se souvenait pas où il avait caché les 26 lettres et ce fut bien compliqué pour toutes les retrouver !

Les mots inventés

Une autre activité pour travailler les lettres a consisté à inventer des mots à quatre mains. Nous avions chacun devant nous une bande de papier. Etalées devant nous les 26 lettres classées en trois groupes : les voyelles, les consonnes que P’tit Loup trouve facile à écrire et les consonnes que P’tit Loup trouve difficile à écrire. Nous avons commencé par écrire une consonne facile sur notre bande de papier. Puis, nous avons replié le papier de telle sorte que la lettre ne soit pas visible et nous avons échangé nos papiers. Nous avons enchainé avec une voyelle, échange de papier, puis une consonne difficile, échange de papier, une voyelle, échange de papier, une consonne facile…

A la fin, j’ai lu les mots que nous avions écrit ! Notre préféré est le « xapolynu ». Nous n’avons pas encore trouvé de définition à ce mot ! Si tu es inspiré, tu peux m’en donner une en commentaire !

Encore une fois, aucune râlerie pour cet exercice. Au contraire, il y avait de la curiosité, presque du suspense pour savoir ce qu’on écrivait. Et on a bien rigolé !

Mine de rien, cet exercice permet de montrer qu’avec des lettres, on peut construire des mots et c’est en agençant les bonnes lettres de la bonne manière que l’on peut se faire comprendre.

Transmettre un message pour faire écrire un enfant

La fonction principale de l’écriture est de transmettre un message. Or, lorsque l’enfant apprend à écrire, bien souvent il fait des lignes de lettres ou de mots et il n’en voit absolument pas l’intérêt ! Mais donne un sens à l’écriture et ton loulou sera déjà plus enclin à écrire !

Envoyer une carte postale…

Nous sommes partis quelques jours à Paris et nous avons décidé d’envoyer une carte postale aux grands-parents. Oh, rien de transcendant! Un simple « bonjour mamie, je suis allé à Paris et j’ai vu la Tour Eiffel », ou quelque chose dans ce genre. Mon bonhomme étant au début de son apprentissage de l’écriture, je ne lui ai pas fait tout écrire, même s’il s’agissait de quelques phrases seulement. C’est moi qui aies écrit. Sauf quelques mots ! Je lui ai laissé le soin d’écrire « coucou mamie », ou encore « paris ». Bref, nous avons écrit ces cartes à quatre mains et je crois que, comme pour l’exercice précédent, ça change beaucoup ! Ce n’est plus P’tit Loup qui écrit, c’est P’tit Loup et maman !

Je lui ai demandé d’écrire certains de ces mots en lettres bâton, d’autres en attaché. J’ai choisi en fonction de la complexité des lettres, et aussi en fonction de la longueur des mots. Si jamais nous avons l’occasion d’écrire d’autres lettres (ou si nous provoquons cette occasion bien sûr !) la proportion de lettres bâton et de lettres attachées ne sera plus la même. Tout comme j’écrirais probablement un peu moins que cette fois-ci.

…une activité facilement adaptable

Ce qui est bien avec cette activité c’est qu’elle est complètement adaptable aux facilités/difficultés de l’enfant. Tu peux aussi l’adapter à l’instant T, à savoir s’il est plus fatigué que d’habitude ou au contraire plus en forme. Il suffit au dernier moment d’ajuster le nombre de mots écrit de telle ou telle manière.

Et si, en plus, ton bonhomme obtient une réponse à sa missive, alors là, c’est le Saint Graal ! Quoi que, le Saint Graal a peut-être été atteint quand sa mamie lui a dit qu’il avait fait de gros progrès en écriture !

Faire écrire ton enfant par terre? Pourquoi pas!

Quand d’une activité…

Je te l’ai déjà mentionné mais je le redis quand même : je laisse mon P’tit Loup totalement libre sur le choix du support d’écriture. L’autre jour, je lui avais proposé une activité qui tournait autour des chiffres. Il devait m’écrire les chiffres dans notre cour, au sol, avec une craie. Et je peux te dire que ça, il a kiffé grave, comme on disait de mon temps ! Plus sérieusement, il a pris un réel plaisir à cette activité. Il faisait le pitre, le zouave et le ouistiti pendant qu’il travaillait, mais il ne rechignait pas à la tâche. Il recommençait même ses chiffres jusqu’à ce qu’ils soient bons.

J’ai aussitôt pensé à transposer cette façon de faire à l’écriture de lettres. J’écrivais les lettres au sol, et il devait repasser dessus avec une autre craie. C’est une première étape (on en a profité pour apprendre à lire des syllabes de 2 lettres au passage, nouvelle étape dans l’apprentissage de la lecture, mais ceci est une autre histoire).

…il en découle une autre

Et puis il y a quelques jours, je lui ai demandé s’il voulait écrire des mots ou des lettres. Son choix s’est porté sur des lettres. Je prenais donc au hasard une lettre dans l’alphabet et il devait me l’écrire. Au début, il était sagement assis à une table face à une feuille blanche et à un stylo. Mais rapidement, il a changé son environnement pour choisir la craie et le sol.

Il courait d’un bout à l’autre de la cour pour écrire la lettre demandée. Quand il avait du mal à écrire, je traçais la lettre. Soit il réécrivait lui-même juste à côté, soit il repassait sur mon tracé. Et il rigolait, me demandant de ne pas regarder pour que je ne vois pas où il écrivait. Il m’a caché ses lettres sous la voiture, sous un escalier, derrière un arbuste.

Sur les 26 lettres, il a su m’en écrire 18 parfaitement et sans aide. C’était juste un énorme progrès par rapport à sa précédente prestation. Mais en plus il a fait ça avec le sourire. Lorsque je lui ai redemandé d’écrire les lettres qui avaient posé soucis il n’a pas rechigné. La difficulté étant juste de retrouvé où était son modèle pour pouvoir s’y appuyer à nouveau si besoin. Je crois que j’aurais pu continuer à travailler avec lui ainsi pendant encore un bon petit moment si l’heure n’avait pas été aussi tardive et le dîner aussi inexistant !

Le regard et le sourire de P’tit Loup quand il a m’a dit qu’il avait bien progressé et qu’il était content…ça n’a pas de prix !

Et toi, dis-moi, quelles sont tes astuces pour faire écrire ton enfant?

Si tu as aimé cet article, tu es libre de le partager! :-)

Cet article a 6 commentaires

  1. Gladys

    Alors moi je n’ai pas d’astuce à proposer. Je tombe malheureusement dans le piège du « il faut » et du « tu dois ». Pourtant, c’est bien en s’amusant que nous apprenons le mieux, enfant comme adulte. Merci pour ce partage d’expérience et toutes ces bonnes idées de jeux pour jouer à apprendre à écrire, même des mots comme prout et caca et même des mots qui n’existent pas (encore 😉 )

    1. Miss Obou

      Oui, j’avoue que le « il faut » et « tu dois » sont bien tentant! Je tombe dans le piège parfois aussi, mais je sais alors que c’est une rude bataille qui s’annonce avec mon P’tit Loup!

  2. Évelyne

    Pour apprendre à écrire à un enfant j’ai plusieurs astuces.

    L’une d’entre elles consiste à confier la mission au parent, au grand-parent bref à l’adulte qui saura conserver son calme et ne pas s’agacer si les choses ne vont pas aussi vite qu’il le voudrait. L’enfant s’applique. Il prend son temps : le temps qu’il lui faut pour apprivoiser l’exercice. Comme à l’époque où il apprenait à marcher. Comme à l’époque où il découvrait ses orteils parce qu’ils apparaissaient parfois dans son champ de vision. L’enfant apprend. Et comme lorsqu’il apprenait à marcher, tomber n’est pas grave… tant que l’adulte ne s’en effraie pas, ne s’en offusque pas, ne martèle pas chaque essai de geste désapprobateur

    Une autre astuce consiste à apprendre par le jeu. L’écriture, c’est un dessin qui émet des bruits. C’est comme une chasse au trésor dans laquelle les mots de passe sont des sons et ces sons, les sésames pour accéder au trésor. Et effectivement quand l’enfant reconnaît un dessin-son, il gagne un trésor. On peut exagérer la déformation du visage quand on émet le son caché derrière le code-lettre. L’objectif est multiple comme dans toutes les chasses au trésor. Il nous faut déchiffrer le code et reproduire ce code ou cette combinaison de lettre sur un bout de papier coloré. J‘ aime bien cette technique car elle mobilise tous les sens de l’enfant et il apprend en jouant avec papa, maman, les frères et sœurs, papie, mamie etc

    1. Miss Obou

      Merci pour ces excellentes idées! Je tenterai de les tester avec mon petit bonhomme!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.