L’IEF, c’est ça aussi!

L’IEF, c’est ça aussi!

En regardant les réseaux sociaux, les groupes facebook, les blogs, etc. on est très rapidement fasciné par l’instruction en famille! Les enfants apprennent dans la joie et la bonne humeur, ils ont un planning précis concocté avec amour par leurs parents, ils font de magnifiques productions, les murs sont tapissés de posters éducatifs, un coin IEF a été installé dans la maison et il est toujours très bien rangé avec les livres bien droits sur l’étagère et les jeux mis en ordre dans leur boite!

A la maison, c’est pas tout à fait comme ça que ça se passe!

Samedi, P’tit Loup arrive avec fougue, sa boite de mathématique sous le bras et me demande de jouer avec lui. A l’écoute de mon enfant, je me dis « chouette, c’est le moment de faire des math avec lui! Il est réceptif! » Nous voilà donc entrain de sortir les petites baguettes et les chiffres. Il les prend dans sa main, les repose, les reprend, les installe dans une casserole de dînette avant de les enfourner, puis il les reprend en me disant de faire bien attention à ne pas me brûler!

OK! On essaye de commencer la séance. J’arrive à choper des baguettes, j’attire son attention, je compte tout haut, je lui demande de m’aider à compter et j’ai droit à un magnifique « non, c’est toi qui fait! » …Oui, en fait, moi, je sais à peu près compter quand même! Mais je me dis qu’il a peut-être besoin d’observer avant de faire. Alors je fais, je lui montre, je fais des petits tas de baguettes et je joins les chiffres correspondant, j’essaye de le faire participer mine de rien « tiens, passe-moi le 2, s’il te plait »…ok…c’est bon, il sait reconnaître le deux!

Je mets de l’originalité, je change mon fusil d’épaule :  » oh, tiens, P’tit Loup! On va faire un escalier » m’exclame-je avec entrain! « Ah ouais! Trop bien! » me répond-t-il!

« Attend maman, on va remettre les chiffres à leur place » et le voilà qui remet les chiffres sur le support d’origine (P’tit Loup est-il le seul à garder les supports qui tiennent des cartes ou autres trucs de ce genre et qu’on est censé jeter dès qu’on a ouvert le jeu???) Il s’entête à taper sur les chiffres pour les faire rentrer dans leur emplacement et je tente un nouveau jeu pour le garder dans l’esprit des math : « dis-moi, il est où le 3? »

ça fait maintenant 10-15 minutes qu’on fait un peu de math. Et là, il me fait une demande tout à fait inappropriée : « maman on fait un château? »

Non! On ne fait pas un château! On fait des math! Une fois que tu sauras compter jusqu’à 10 sans erreur, reconnaître les chiffres, les quantités, etc., on pensera à faire des châteaux, mais là, ce n’est pas l’heure!

Ça, c’est ce que j’aurais voulu répondre…mais je l’ai pensé très fort, en tirant un trait sur les petits chiffres et les baguettes de comptage!

« maman on est fait un château? », « vas-y mon amour, fais ton château! »

Quelle mauvaise mère je suis, il apprend bien mieux à l’école, je suis incapable de le garder concentré sur une activité, il fait encore beaucoup d’erreur quand il compte, je ne sais pas l’instruire, il n’aura jamais son bac et il finira taulard!

« non, maman, tu fais avec moi! », « non, mon Loulou, vas-y, fais ton château! »

Mais qu’est-ce que j’ai loupé? Je suis en train de ruiner son avenir! Quelle mère indigne je suis!

« mamaaaaaaaaaaaan! Tu fais un château avec moi! »

Et puis ZUT! L’instruction en famille, c’est suivre les envies de son enfant, lui faire confiance, l’accompagner dans ses découvertes alors faisons le château!

Je prend les baguettes de comptage et je commence à faire un château. Il est beau mon château! Magnifique!

Et P’tit Loup conclus ma séance de construction par un magnifique : « Il manque quoi? » Comment ça, « il manque quoi »? Il ne manque rien! Mon château est splendide! (La prochaine fois, on fera la Tour de Pise, on sera plus dans le style, mais pour cette fois, ça ira!)

« Ben je sais pas P’tit Loup! Va chercher ton livre sur les châteaux forts et on verra ce qu’il faut qu’on rajoute! »

Et le voilà parti chercher son livre, on l’ouvre en grand et on compare les illustrations du livre et notre château…y’a pas à dire, il manque des trucs!

On regarde toutes les pages et on ajoute au fur et à mesure des objets sur notre construction. Mais, voilà, on n’est pas des pro de l’IEF, on n’est pas équipé comme un magasin de bricolage le serait, alors on fait avec les moyens du bord!

Un chevalier? On trouve une peluche surmonté d’un lapin.

Un canard dans les douves? On trouve un hibou (« ben on n’a qu’à dire que c’est un canard », m’explique P’tit Loup) D’ailleurs, l’eau des douves, c’est du papier, tout comme le linge qui est en train de sécher de chaque côté du château…

Un drapeau au sommet du donjon? Un doudou fera l’affaire!

Une grue? Prenons des feutres!

Des murailles? On réquisitionne des bouts de mousse bleue qui traînent dans toute la maison!

Pour le coup, il est resté sur cette activité facilement 45 minutes, il était ravi, force de proposition, il courrait dans toute la maison pour trouver ce qu’il nous fallait.

Ce jour-là, nous avons un peu travaillé les math, mais nous avons aussi travaillé la créativité, le vocabulaire associé aux châteaux forts, le travail d’équipe pour faire un projet et un peu d’histoire!

L’IEF, c’est ça aussi! #enIEFmercinosenfantsvontbien

Cet article a 12 commentaires

  1. Voilà une belle explication pleine d’humour! Et oui, l’IEF c’est aussi ça… Merci à toi pour cette mise en lumière.

  2. Cicitrouille

    Quel plaisir de lire cet article ! Il m’a fait beaucoup rire, ahah !

    1. Miss Obou

      Merci! J’adore entendre ça! Si j’arrive à faire rire les gens, alors ma journée est gagnée! 🙂

  3. Cyrielle

    merci pour ce retour d’expérience très complet ! J’hésitais depuis longtemps à faire passer ma petite fille à l’école à la maison, mais j’avais beaucoup de mal à me rendre de la réalité dans laquelle je m’engegais. Votre blog me permet d’y voir plus clair, maintenant il ne reste plus qu’à me décider 😀

    1. Miss Obou

      Je n’ai pas encore sauté le pas puisque j’ai un post de salarié qui ne me permet pas d’assurer l’IEF. Par contre, je fais ce qu’on appelle du co-IEF. ça me donne un petit avant-goût de cette magnifique aventure et ça me donne encore plus d’énergie pour ma reconversion pro et me libérer du temps pour l’IEF!

      1. Girin

        Très joli article, c’est vrai qu’avec les enfants nos plans evoluent au fur et à mesure de l’activité, atelier ou devoirs 😅 il faut s’adapter pour reussir à en faire quelques chose de positif et constructif pour tout le monde 💚 un moment partagé

        1. Miss Obou

          Adaptation est effectivement le maître mot! Ils ont un talent certain pour avoir des réactions complètement différentes de ce qu’on attendait! lol!

  4. Ingrid

    Je découvre ce blog et j’aime beaucoup. On entend parler de l’école buissonnière sans savoir ce qu’est l’IEF, vous l’expliquez simplement et c’est fort agréable. Merci a vous.

    1. Miss Obou

      C’est vrai qu’on entend beaucoup parler de l’IEF en ce moment. Parfois on oublie que c’est tout simplement vivre au quotidien avec ses enfants qui ont tant envie d’apprendre…mais à leur manière!

  5. Kathy Strock

    Magnificent beat ! I would like to apprentice at the same time as you amend your website, how can i subscribe for a weblog site? The account helped me a acceptable deal. I have been a little bit familiar of this your broadcast provided brilliant clear concept

  6. Jeffry Gaton

    I’d constantly want to be update on new content on this web site, saved to fav! .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.