Apprentissages et activités aquatiques

Apprentissages et activités aquatiques

Les beaux jours étant là, nous en avons profité pour aller patauger dans une rivière proche de chez nous et faire quelques apprentissages informels liés au milieu aquatique avec P’tit Loup (3 ans). Je ne vous parlerai pas ici des éternels jeux de transvasement qui plaisent tant à P’tit Loup et à P’tit Tigre (1 an) mais d’autres activités, celles qui sont accompagnées par un adulte (pour les transvasements, je les laisse faire tout seul!)

Le moulin à eau

Rien de plus simple à fabriquer ! Il vous faut un bouchon en liège. Deux cure-dents que vous piquez de chaque côté du bouchon pour faire l’axe de rotation. Et enfin de quoi faire les ailettes/godets du moulin (je n’ai pas réussi à trouver le terme exacte de ce truc qui permet à l’eau de prendre appui et de faire tourner le moulin! Si vous le connaissez, je suis preneuse!) Là, les moulins les plus sophistiqués auront droit à des petites planchettes de bois. Ce n’était pas notre cas, mais dans notre carton à bazar, nous avons trouvé 5 petites fourchettes en bois qui ont très bien fait l’affaire! On les a coupées pour que leur taille (environ 10,5 cm) soit adaptée à la taille du moulin et on les a insérées dans des entailles faites à intervalles réguliers sur le bouchon.

En allant à la rivière avec notre moulin, nous avons cherché (et trouvé!) des petits bout de bois en forme de Y pour tenir notre moulin.

Arrivés sur place, nous installons notre moulin qui se met tranquillement en action. P’tit Loup teste différentes positions et remarque que si le moulin est trop enfoncé dans l’eau, il tourne beaucoup moins bien. On discute force de l’eau et « vrai moulin à eau ». On prend l’exemple de ceux qui servent à moudre le blé puisque nous sommes entourés de champs cultivés parmi lesquels le blé est pas mal présent.

Et puis c’est tout, on passe à autre chose. Une petite graine a été planté dans l’esprit de P’tit Loup et je suis certaine que quand il entendra parlé d’un moulin, il se souviendra de son petit moulin à eau et ne sera pas étonné quand on lui dira les différents rôles qu’un moulin peut jouer dans la vie quotidienne (d’antan!)

La canne à pêche

La canne à pêche est un peu plus sophistiquée que le moulin à eau. Il a fallu trouvé un grand bout de bois (ici, du bambou) et y attacher une grande ficelle. Un bouchon en liège peint en rouge a ensuite été enfilé sur la ficelle (entre deux nœuds) et un petit caillou a été accroché au bout de la ficelle pour simuler le plomb.

Fier de sa canne à pêche, P’tit Loup est parti à la rivière. Il a appris à « lancer son hameçon » au milieu de la rivière (les arbres aux alentours s’en souviennent encore!) et il a appris la notion de « flotter » et « couler » puisque je lui ai expliqué que s’il n’y a pas de poisson, le bouchon de sa cane à pêche flotte et si un poisson mord, il coule. Nous avons donc testé le pouvoir de flottaison de ce qui nous entoure : une feuille, un bout de bois, un caillou, de la terre…

Quelques jours plus tard, nous avons croisé un pêcheur, un vrai! Avec une vraie canne à pêche, qui attrapait des vrais poissons! P’tit Loup a été subjugué! Il a retrouvé le bouchon qui flotte ou qui coule selon qu’il y a un poisson ou non. Il a pu voir des poissons de très près (des gardons), il a vu l’asticot qu’on met à l’hameçon (et qu’il n’a pas sur sa canne à pêche), le geste du pêcheur qui permet d’envoyer loin dans l’eau l’appât!

Le barrage

Le barrage est le plus facile à mettre en oeuvre à condition d’avoir une petite rivière à portée de main et pas seulement un cours d’eau large de plusieurs mètres! Il nous a suffit de partir à la recherche de bouts de bois que nous avons entassés au milieu de la rivière. A force d’effort, nous avions un barrage! Certes, il laissait passer beaucoup d’eau mais il retenait les quelques feuilles/branchettes qui flottaient à la surface de la rivière et j’ai donc pu extrapoler en disant qu’un barrage pouvait aussi retenir l’eau! NB : ne pas oublier de défaire le barrage avant de partir!

De là, nous avons pu parler des castors et de leur habitat mais également des barrages créés par l’homme pour produire de l’électricité. Encore une fois, nous n’allons pas en profondeur dans ces notions parce que P’tit Loup n’a que 3 ans. Lui expliquer comment fonctionne un barrage hydraulique serait trop compliqué pour lui et je le perdrais rapidement (sa capacité de concentration n’est pas exceptionnelle!) Je plante simplement des petites graines qui, un jour, si les conditions le permettent grandiront et éclorons pour faire de magnifiques fleurs! Et au détour d’une conversation ultérieure, j’arrose un peu la graine (« tu te souviens, du barrage? », « mais oui, l’électricité, tu te souviens comment on peut la produire? ») et je vois si la graine a germé ou non. S’il ne se souvient de rien, alors c’est que ça ne l’intéressait pas, s’il s’en souvient, c’est que ça l’a intéressé et que nous pourrons, un jour, allez un peu plus loin dans son apprentissage!

Et vous? Avez-vous des activités aquatiques de prédilection?

La publication a un commentaire

  1. Thad Stamenov

    Thank you for sharing with us, I believe this website really stands out : D.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.