Tu peux m’aider?

Tu peux m’aider?

Personnellement, j’ai l’impression que tous les jours, je dirais même plusieurs fois par jour, je répète cette question : tu peux m’aider, s’il te plait? Voici 5 astuces pour que votre enfant vous aide plus facilement au quotidien!

1- L’entraide

Parfois, je me demande : mais pourquoi dois-je demander de l’aide? Est-ce que personne ne voit que l’évier déborde de vaisselle? Est-ce que personne ne voit le tas de linge à repasser? Est-ce que personne ne voit que je cours dans tous les sens en jonglant avec mes casquettes de cuisinière, mère, femme de ménage, compagne, etc.?

Alors quand je demande à P’tit Loup de ranger sa chambre ou d’y faire le ménage et qu’il fait la démarche de me demander de l’aide, pourquoi est-ce que je ne l’aiderais pas? Je vois bien que cette activité le dépasse! Je vois bien que du haut de ses 3 ans, il ne sait pas comment s’y prendre pour ranger sa chambre! Je sais parfaitement que son énergie sera dirigée vers le jeu dès qu’il croisera le chemin d’un jouet! Alors je l’aide. J’avais d’ailleurs fait un article à ce sujet. Mais il ne faut pas oublier que cette aide va dans les deux directions : je t’aide, tu m’aides!

Je met un point d’honneur à ne pas faire le ménage dans la chambre de P’tit Loup toute seule.

2- Le compte à rebours

Quand cette activité est inscrite sur mon programme, c’est ainsi que ça se passe : le matin (voire la veille) j’annonce à P’tit Loup que le grand ménage va être fait dans sa chambre. Là, en général c’est pas hyper bien reçu comme nouvelle, mais ça fait son petit bonhomme de chemin! Je lui rappelle régulièrement : « demain, on va faire le ménage dans ta chambre. », « Tu te souviens? On fait le ménage dans ta chambre cette après midi! »,  » on fini de manger et après on fait le ménage dans ta chambre »…vous voyez? Je suis en mode « compte à rebours »!

Et du coup quand je donne le top départ, y’a pas de surprise!

3- La cool attitude

Troisième astuce : mettre du positif dans cette activité (oui, je sais, c’est pas hyper funky de faire la poussière!) On met de la musique à fond et on s’amuse avec ce qu’on peut : P’tit Loup part en courant pour chercher mon hérisson pour enlever les toiles d’araignée au plafond. Ça le fait marrer de se balader avec ce grand manche équipé d’une boule de poils en son sommet et de faire le tour de sa chambre ainsi! Et bien c’est parfait! Qu’il enlève les toiles d’araignées pendant que je m’active sur autre chose! Je vais donc chercher un escabeau pour arriver à atteindre le haut de l’étagère pour enlever le troupeau de moutons qui a élu domicile ici. Et là, que vois-je? Mon P’tit Loup qui lache son activité et qui me crie « je veux monter, je veux monter! » Et bien soit! Échangeons! Je reprend mon hérisson et lui, il est ravi de monter sur l’escabeau, d’enlever ses bibelots (que je réceptionne entre deux toiles d’araignée) et de passer un coup de chiffon avant de réinstaller sa décoration comme il le souhaite!

4- On lache la bride!

Oui, il n’a pas encore 4 ans et je l’ai laissé monter sur l’escabeau et ça, ça a rendu la séance de ménage « cool »! Il faut les accompagner, c’est sûr! Il faut les entourer de sécurité, c’est évident! Mais quand P’tit Loup me demande à repasser, je ne le brime pas! Quand P’tit Loup me demande à couper un légume ou je ne sais quoi quand je fais la cuisine, je le laisse faire! Quand P’tit Loup embarque l’aspirateur ou le hérisson, je l’encourage (tout en faisant attention à ce qu’il n’emmène pas toute la déco avec lui!) Faisons-leur confiance! Oui, parfois P’tit Loup se fait mal, ça arrive de temps en temps (tout comme il se fait mal quand il joue!) : il s’est brûlé avec le fer à repasser. Rien de grave bien sûr! Le fer ne lui ai pas tombé sur le pied, il ne s’est pas repassé le doigt, il est juste passé un peu trop près de celui-ci. De quoi lui faire une belle cloque. Mais depuis, lorsqu’il s’approche du fer, il fait plus attention! Et quand P’tit Loup sera plus grand et qu’il me dira « tu n’as pas repassé ma chemise, maman », je pourrai lui répondre : « et bien fais-le toi-même! Tu as appris à le faire! »

5- On commence par le début!

Dernière astuce pour que les enfants m’aident au quotidien et qu’ils comprennent que je ne suis pas la bonniche, la bonne à tout faire de la maison : commencer dès le plus jeune âge! P’tit Tigre, du haut de ses 18 mois commencent à m’aider. Je lui apprend tranquillement les bases : P’tit Tigre nous aide à débarrasser la table! « QUOI? Mais à 18 mois vous devriez le laisser vivre! Il ne peut pas comprendre! C’est trop dur pour lui! » C’est en général ce qu’on me dit. Ben si! A 18 mois, P’tit Tigre apprend à amener son assiette et sa cuillère sur la table avant le repas et à les ramener en cuisine à la fin du repas. Bon, par contre, on se charge du verre quand il contient encore de l’eau parce que sinon c’est l’inondation assurée! Tout comme à 18 mois, P’tit Tigre est dans sa chambre quand je fais le ménage dans celle-ci et je lui montre comment il peut m’aider, comment il peut rassembler tous ses livres sur l’étagère ou comment il peut mettre ses jouets dans son coffre. Je le laisse jouer avec mon hérisson ou mon plumeau. Ce ne sont pas des objets tabou (juste, il ne joue avec à côté de l’étagère où il y a un service en faïence!)

Bien sûr que ça prend du temps, j’aurais bien plus vite fait de ranger moi-même, mais ma philosophie est de les inclure dans la vie familiale et la vie familiale c’est des trucs cool, et des trucs moins cool! Et puis faut voir le sourire empli de fierté que m’affiche P’tit Tigre quand je le félicite d’avoir ranger quelque chose! Et son air de canaille quand il part en courant à l’autre bout de la maison quand il comprend que je vais lui demander un coup de main!

Laisser un commentaire