You are currently viewing Quel est l’ingrédient mystérieux pour réussir l’IEF?

Quel est l’ingrédient mystérieux pour réussir l’IEF?

Depuis le temps que je me questionne et que je m’intéresse à l’instruction en famille, je me pose des questions. Quel est l’ingrédient indispensable à la réussite de l’instruction en famille? Que faut-il avoir absolument dans ses placards pour ne pas se planter comme une bouse dès la première difficulté? Un tableau? Des jeux? Des cahiers? Un bureau? Quelle est la baguette magique pour survivre à la déscolarisation de mon enfant? J’ai cru au départ qu’il fallait un certain niveau d’étude pour assurer le suivi…mais non! Tu apprends au même rythme que ton enfant! J’ai cru qu’il fallait un compte en banque bien rempli…c’est sûr que ça aide, mais ça ne fait pas tout! Je pensais qu’il fallait une salle dédiée à l’instruction, comme une salle de classe, mais à la maison…mais non! Ton enfant va apprendre sur les chemins en forêt, vautré dans son lit ou bien assis tranquillement à la table, peu importe! J’ai cru qu’il fallait avoir des enfants « sages », qui aiment apprendre, qui sautent de joie à l’idée d’étudier mais restent collés sur leur chaise quand l’heure de l’école à la maison a sonné…mais non! Chaque enfant va être sage à sa manière! Alors, quel est le secret de la réussite? Lis vite cet article pour le découvrir!

Un état d’esprit au top

Pour réussir l’instruction de ton enfant, tu n’as besoin que d’une chose : un super état d’esprit! Il te faut avoir l’âme d’un aventurier parce que pratiquer l’IEF est une sacrée aventure! En effet, pour la très grande majorité des personnes, la logique est la suivante : tu te mets en couple, tu fais des enfants, ils vont à l’école et basta. Ça, c’est le chemin tout tracé! C’est l’autoroute que la plupart des personnes suivent parce que la conduite y est tranquille, la vitesse constante, les bifurcations rares, en sommes, tu es peinard!

Mais à partir du moment où tu as un état d’esprit d’aventurier, tu te rends vite compte que l’autoroute n’est pas la seule solution et tu vas vite découvrir tous les chemins de traverse qui sont possibles.

Accepter l’inconnu

Mais au fait, c’est quoi un état d’esprit aventurier? Et bien ça veut dire plein de choses! La première d’entre elles est de ne pas avoir peur de sortir des sentiers battus. Il ne faut pas paniquer dès que tu quittes l’autoroute! Il suffit de sortir une bonne vieille carte, une boussole et lire les panneaux et vogue la galère! Mais avouons que ça fait peur! Il faut pouvoir affronter le regard des autres, parfois même celui de la famille! Il faut avoir suffisamment confiance en soi pour ne pas avoir peur de l’avenir. L’aventurier, tout comme le parent instructeur, va étudier la carte des possibles et observer tous les chemins qui s’offrent à lui avant de prendre une décision. Est-ce que ce sera du unschooling? Est-ce que ce sera des cours par correspondance? Est-ce que ce sera des livres? Est-ce que ce sera la pédagogie Mason? La pédagogie Montessori? La pédagogie Freinet? Un pot pourri de tout ça? On le dit toujours, mais ce n’est pas encore suffisant : il y a autant de façons de faire l’instruction à la maison que de famille en IEF! Je dirais même autant de manières différentes que d’enfants en IEF! Il faut avoir cet état d’esprit qui va nous pousser à chercher les réponses à nos questions sans pour autant chercher le Saint Graal de l’instruction, quête qui nous perdrait immanquablement! Internet est une source inépuisable de conseils, de supports d’instruction ou d’exemples à suivre (ou à ne pas suivre!) Il faut avoir cette envie qui nous pousse à aller chercher par nous même sans attendre que tout nous tombe tout cuit entre les mains. Il ne faut pas avoir peur de se tromper, de rebrousser chemin pour choisir un autre itinéraire. Il faut apprendre à débroussailler autour de nous pour entrevoir le chemin qui mène non pas au Paradis, soyons réaliste, mais à une clairière des plus agréables!

Connaître la météo

Mais l’état d’esprit de l’aventurier de s’arrête pas là! Il ne faut pas seulement savoir lire une carte, il faut aussi savoir observer la nature. Ce n’est pas la peine de tenter la traversée d’une rivière impétueuse alors que l’orage menace d’éclater d’une minute à l’autre! Il faut être à l’écoute de son enfant. Ne pas lui imposer NOTRE technique d’apprentissage parce qu’elle a fonctionné pour nous mais lui proposer différentes approches, jouer sur les différentes intelligences de chacun, jouer sur les sensibilités et les préférences pour que les apprentissages se fassent en douceur et dans la joie.

Connais-toi toi-même

Connaître son environnement est essentiel, mais ce n’est pas suffisant! Un bon aventurier se doit de se connaître lui-même! Il doit reconnaître les signes de fatigue, connaître ses limites physiques et psychologiques pour éviter toutes blessures. De la même manière, un parent instructeur doit se connaître un minimum. Ce n’est pas la peine de vouloir tout donner, son temps, son énergie, son argent, dans l’instruction de son enfant, si c’est pour péter une durite au bout d’un mois parce qu’on étouffe. Il faut avoir cet état d’esprit qui permettra de nous mettre à l’abri et d’appuyer sur le bouton pause pour repartir de plus belle et profiter un maximum de cette aventure.

Tu vois, pour se lancer dans l’IEF, il faut avoir un sacré état d’esprit! Dis-moi, quel est ton état d’esprit aujourd’hui?

Cet article participe à un événement interblogueur organisé par le blog Boulevard du Succès sur le thème « L’importance de l’état d’esprit ». Mon article préféré publié par ce blog est celui sur les personnes qui essayent de nous décourager (ici), avec des exemples de personnes célèbres qui ont su persévérer malgré les mauvaises langues et qui ont plus que réussi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.