Etre et devenir : un documentaire fascinant!

Etre et devenir : un documentaire fascinant!

Le 2 octobre, Emmanuel Macron annonçait la scolarisation obligatoire dès l’âge de trois ans et la restriction de l’instruction en famille à des problèmes de santé notamment. Que faire pour sauvegarder notre liberté?

Faire connaître l’IEF

Bien sûr, j’ai signé la pétition inter-associations qui circule afin de nous faire entendre (je vous encourage d’ailleurs à faire de même ici!) mais je voudrais faire plus. Je cherche donc des documentaires, des témoignages, des vidéos, etc. pour pouvoir montrer la réalité de l’IEF à mon entourage qui est plus que sceptique à l’idée de déscolariser un enfant. L’idée n’est pas de diaboliser l’école mais de convaincre que son absence dans la vie d’un enfant n’est pas une tare et que ça peut même devenir essentielle, voire vital, pour l’enfant dans certaines conditions. Sans oublier que l’IEF peut tout simplement être une magnifique expérience à vivre!

C’est ainsi que j’en suis venue à découvrir le documentaire « Etre et devenir ».

Il s’agit d’un film d’une heure et demie réalisé par Clara Bellar qui part à la rencontre de différentes familles pratiquant le unschooling aux Etats-Unis, Angleterre et France. Cette vidéo a gracieusement été mise à la libre disposition de tout le monde pendant quelques jours. J’en ai profité pour la découvrir.

En effet, j’avais déjà entendu parler de ce documentaire sans jamais avoir pris le temps de le regarder.

C’est maintenant chose faite et ça me confirme dans l’envie de me lancer dans cette aventure. Peut-être pas jusqu’aux 16 ans de mes garçons, peut-être juste quelques années ou peut-être juste une seule année. Mais je rêve de pouvoir me lancer dans cette aventure et prendre le temps de voir mes loulous. Les voir grandir, les voir découvrir, les entendre rire, les voir se passionner pour un sujet, etc. En un mot comme en cent, je rêve de pouvoir les voir vivre pleinement leur vie de petit garçon !

Moments clés du documentaire

Certaines phrases de ce documentaire m’ont particulièrement touchée.

En voici une petite sélection :

Le lâcher-prise

Une maman américaine à propos de ses deux jeunes fils qui composent de la musique, dirigent un orchestre et bien évidemment, jouent de la musique à merveille : « Leur seul don, c’est la liberté […] Quand l’enfant est libre d’être lui-même, il y a une force intérieure qui pousse, comme une cascade, rien ne peut l’arrêter »

Cette phrase a elle-seule suggère le lâcher-prise dont il faut faire preuve lorsque l’on pratique le unschooling. L’enfant est totalement libre de ses apprentissages et il faut faire suffisamment confiance à son/ses enfants pour les laisser vers ce qui les attirent le plus même si cela nous semble complètement farfelu parce que c’est de là que sortira une expérience, un apprentissage, un don qui rendra cet enfant unique et talentueux dans son domaine.

Photo issue du film « Etre et devenir »

Limite et cadre

J’ai également apprécié la précision de A.S. Neil (qui a créé la première école républicaine en Angleterre) : « j’ai parlé de liberté, pas d’avoir pleine licence » Effectivement, on associe souvent le terme « liberté » à un enfant irrespectueux, mal-élevé : cet enfant a toute la liberté qu’il veut ! C’est quelque chose de péjoratif, comme si la liberté était un outil de délinquance. Mais pas du tout ! Dans le unschooling, l’enfant est libre de choisir ses apprentissages et c’est aux adultes qui l’entourent de lui poser les limites de cette liberté. Des limites claires et précises qui donnent un cadre sécuritaire à la liberté d’apprentissage.

Apprentissage par l’observation

Une autre phrase qui m’a interpelée est celle prononcée par le maître luthier d’André Stern : « je peux tout te montrer mais je ne peux rien t’apprendre. » Je ne sais pas exactement pourquoi cette phrase m’a marqué. Elle me parle et je ne sais pas trop dire pourquoi. Peut-être que c’est cette idée qu’il n’est pas nécessaire de bourrer le crâne à un enfant pour lui apprendre quelque chose, mais simplement lui montrer comment on fait : l’enfant apprend à parler en nous écoutant, nous imitant. Les parents n’ont pas besoin de faire un cours de langage à leur bambin. C’est exactement la même chose pour l’apprentissage de la marche. Il n’y a pas de raison que ce soit différent pour l’apprentissage de l’écriture, de la lecture ou des maths. L’enfant observe le parent et apprend à faire ainsi. Et si un jour mon enfant veut faire de la médecine alors que je n’y connais absolument rien dans ce domaine, alors il ira observer quelqu’un d’autre !

Confiance

Une dernière expression qui m’a marquée et que je dédie à tous ces parents qui s’inquiètent que leur enfant ne lit pas, n’écrit pas, ne reconnait pas les chiffres à tel ou tel âge : « quand c’est mûr, ça sort comme ça, comme une fleur »…Il suffit d’attendre le bon moment !

Et vous ? Avez-vous regarder Etre et devenir ? Qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire